JOURNEE MONDIALE DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DOMESTIQUES: l’ASDAM et la Fondation Friedrich Ebert de Yaoundé à Djeuga Palace

Roger Kaffo Fokou

0
554

Ce samedi 19 juin 2021 a été marqué au Cameroun par la célébration en grande pompe de la Journée Mondiale des travailleurs et travailleuses domestiques. Pour l’occasion, l’Association pour le développement des Assistantes de Maison (ASDAM), dirigée de main de maîtresse par Mme Claudine Mboudou, a convié un large public à l’hôtel Djeuga Palace de Yaoundé, avec l’assistance de la Fondation Friedrich Ebert de Yaoundé,.

Au menu, discours de sensibilisation, présentations suivies de débats, sketches, témoignages poignants, un véritable cocktail qui a édifié, amusé, ému, plu. On y a appris entre autres que les travailleurs et travailleuses domestiques représentent un effectif de plus de 120 000 personnes aujourd’hui, dont 78,7% de femmes. C’est sans doute pourquoi l’ASDAM tarde à corriger son sigle qui en est encore aux « Assistantes » de maison. On ne peut cependant s’empêcher de saluer l’énorme travail abattu jusqu’ici, dans l’encadrement, l’accompagnement, et surtout la formation certifiante mise en place en partenariat avec le MINEFOP. Grâce à tout cela, les travailleurs et travailleuses domestiques voient leur métier peu à peu gagner son droit de cité, se structurer, et partir à la conquête de sa respectabilité.

Il ressort des présentations du jour que les textes internes pour organiser cette profession sont toujours attendus, et qu’elle ne s’appuie pour l’instant que sur le droit conventionnel notamment la convention 189 de l’OIT et sa recommandation 201. Ces instruments ont été adoptés à la CIT de Genève en 2011 sous la présidence de Cameroun. On n’est donc pas peu surpris que notre pays n’ait pas toujours pensé à la ratifier. D’ailleurs pour faire bonne mesure, le ministre du travail et de la sécurité sociale, M. Grégoire Owona, attendu à la cérémonie, n’est pas venu et n’a pas daigné se faire représenter. Cela n’empêche évidemment pas qu’un pas a été fait ce 19 juin 2021 dans le sens de la défense et de la promotion des droits des travailleurs et travailleuses domestiques au Cameroun. Un exemple qui devrait inspirer le personnel de soutien à l’éducation (PSE) qui a célébré sa journée le 16 mai dans un silence total au Cameroun.