La Lettre hebdomadaire du SNAES n°10 sur la Covid-19 REPRISE DES COURS DU 1ER JUIN 2020 : POUR QUI SONNE LE GLAS ?

0
477

Quelques événements importants ont marqué l’actualité au Cameroun ces derniers jours, qui peuvent être reliés, directement ou indirectement, à la gestion de la pandémie du covid-19. Vous comprenez sans doute que, lorsque l’on a affaire à un animal comme le corona virus, la petite bête est déjà là et on n’a plus besoin de la chercher pour la trouver.

Directement, ce sont d’abord les statistiques de la propagation de la maladie qui montrent une modification radicale de la cinétique de celle-ci, sous la forme d’un bond de géant : 5436 cas, 1865 guéris, 165 décès, cette semaine. Souvenez-vous, il y a tout juste dix jours, le Cameroun était à 2800 contaminés. Cela fait une augmentation de 194,14%, en un peu plus d’une semaine ! On comprend que le Ministre de la Santé Publique, M. Manaouda Malachie, n’ait pas hésité à sonner vigoureusement le glas ce 25 mai, dans des termes qui, sans être alarmistes, n’en sont pas moins alarmants : « Il est important, dit le grand serviteur de l’Etat, de noter que nous entrons dans une phase compliquée de la pandémie. Nous devons donc, plus que jamais, nous protéger, protéger nos familles et protéger les autres en observant les gestes barrières. Portez un masque en sortant et lavez-vous régulièrement les mains. » Comme vous pouvez le constater, s’il ne transforme pas l’eau en gels hydro alcooliques et ne multiplie pas les masques CICAM pour les distribuer aux indigents, le MINSANTE, sur sa montagne, prêche au moins convenablement la bonne parole.

Directement aussi, ce sont les communiqués des ministres en charge de l’éducation, sous forme d’appels au secours adressés au Ministre de la décentralisation et du développement local d’une part, aux autorités locales décentralisées d’autre part, qui ont contribué à faire monter l’adrénaline en milieu scolaire. De quoi provoquer une poussée de fièvre dans le landerneau éducatif, et l’on sait qu’en ce moment rien n’est moins rassurant qu’une simple grimpée de température : elle peut vous envoyer directement en quarantaine. Ainsi, l’éducation n’aurait pas les moyens de sa riposte au covid-19 et compterait, pour assurer la sécurité des élèves, enseignants et autres encadreurs, sur une intervention élémosinaire d’autant aléatoire que l’on sait que les sollicités se plaignent régulièrement de manquer de moyens pour leurs activités essentielles. C’est un peu comme si l’on renvoyait l’hôpital à la charité, n’est-ce pas ? Si le Premier Ministre chef du Gouvernement avait instruit le Ministre de la décentralisation d’assurer la désinfection des établissements scolaires, cela aurait encore pu faire illusion. Mais une simple sollicitation émanant d’un collègue ministre ! Passons…

Indirectement, le grand public a eu connaissance cette semaine d’une décision du MINFI, n°20/1470/D/MINFI/SG/DGB/DPB/CSS/ND du 12 Mai 2020, « portant déblocage dune somme de 4197 millions » pour (article 1er) « l’achat de véhicules de fonction et équipements divers » pour les députés nouvellement élus. Chacun se souvient que pour le fonds spécial Covid-19 créé par le Chef de l’Etat, il n’y avait eu qu’un milliard bien isolé de francs au fond de la caisse. Et que sous la pression de l’opinion, les Camerounais n’avaient eu droit en complément qu’à un « don » du Chef de l’Etat…de deux milliards de francs CFA. Les caisses de l’Etat étaient théoriquement à sec et, volant au secours des finances publiques autant que des Camerounais en détresse, le Chef de l’Etat avait dû faire… un geste, au sens étymologique du terme, sous la forme d’un don ! Mais pour les députés nouvellement élus – combien sont-ils encore sur les 25 millions de Camerounais ? 180 ? Soit un député pour 139 000 personnes – les Finances ont vite trouvé et tout aussi vite débloqué 4 milliards 197 millions de francs CFA. Quelle urgence explique-t-elle cette fébrilité dont ne bénéficie nullement la masse ? Les lois à venir le diront sans doute.

Le premier juin 2020, les établissements scolaires seront-ils désinfectés ? Elèves et enseignants disposeront-ils de masques, de gels hydro alcooliques, de points d’eau coulante, de savon ? Les autorités scolaires seront-elles équipées pour prendre la température de tous ceux qui franchiront les seuils des établissements scolaires ? Les dispositions seront-elles prises pour que soient respectés les gestes barrières dans les salles de classes, sur les campus ? Les syndicats ont sur ces questions adressé une correspondance au Premier Ministre Chef du Gouvernement et celle-ci n’a jusqu’ici suscité aucune réaction de la part de l’illustre destinataire.

Le Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale est entré en contact avec les syndicats d’enseignants et a obtenu de ces derniers la liste de leurs revendications prioritaires, classées par ordre de priorité. C’est comme si l’on vous demandait de classer par ordre de priorité les mesures édictées par l’Organisation Mondiale de la Santé : par quoi commencer et par quoi terminer ? Lesquelles prendre et lesquelles laisser ? Il serait bon, sans doute, que l’OMS nous aide à y voir clair. Que sera-t-il fait de la liste priorisée des mesures prioritaires adressées au Premier Ministre par les syndicats d’enseignants ? Il faut espérer qu’à l’aune des priorités gouvernementales, elles ne seront pas jugées démesurées.

En attendant que tombe le verdict, il est important que personne ne perde pas de vue que le MINSANTE, le Dr Manaouda Malachie, a eu la sincérité de sonner le glas. Sur la place de grève vide encore, se dresse déjà l’échafaud, et le covid-19, en bourreau consciencieux, en caresse le couperet chaque jour un peu plus aiguisé que la veille. Elèves, Etudiants, enseignants, parents d’élèves, simples usagers de l’espace scolaire et universitaire, ne demandez pas pourquoi sonne le glas : il sonne toujours pour annoncer une mort fraîche ou imminente. Pour qui sonne-t-il ? Je vais vous révéler un secret bien gardé : il sonne pour vous ! A moins que d’ici lundi… Voici ce que le SNAES avait à vous dire cette semaine.

Un pour tous, tous pour un !

Yaoundé le 27 Mai 2020

Le Secrétaire Général

Roger KAFFO FOKOU