Faro et Déo : contre un violent feu de brousse, le personnel sauve  l’essentiel de la DDES

0
265

 

Le drame du Lycée d’Ekounou à Yaoundé a failli avoir un écho tout aussi retentissant dans le Faro et Déo, région de l’Adamaoua, où le bâtiment abritant les services de la délégation départementale des Enseignements Secondaires a échappé de justesse à la destruction d’un feu de brousse. 

 

 

Confiant de la zone de sécurité de 5 mètres que le Délégué départemental avait ultérieurement fait aménagé par les élèves du Lycée technique de Tignère pour justement servir de coupe-feu en cas de feu de brousse, personne n’aurait pu imaginer une telle tragédie : des flammes prêtes à consumer le bâtiment administratif de la DDES du Faro et Déo de la fondation à la charpente.

Il était environ 13h00 ce lundi 14 février 2022 à Tignère, lorsqu’un feu de brousse déclenché par des personnes non identifiées s’est déclaré. Il était amplifié par un vent violent allant dans sa direction de propagation d’Est en Ouest. Les flammes se sont donc emparées du coté Est du bâtiment abritant la Délégation Départementale des Enseignements secondaires du Faro et Déo à Tignère, notamment du côté de la salle des conférences, laquelle a été sérieusement endommagée. C’était l’heure de la prière, l’heure de la pause à la DDES, et l’essentiel du personnel était soit entrain de prier soit à la recherche de leurs enfants dans les maternelles et écoles primaires de la ville. Et n’eût été la prompte réaction du personnel de la Délégation conduite par le Conseiller Pédagogique ESTP Roland ASSOAH, le bâtiment subi encore plus de dommages.

Pendant quelques minutes, tout seul, M. ASSOAH a empêché le feu de se propager via la charpente et le plafond, à coup d’eau, et de poussière pour étouffer le feu, combattant ainsi le monstre en attendant le renfort de ses collègues qui ont fini par arriver avec quelque retard.  Fort heureusement et au péril de leur vie, ils ont pu maitriser l’incendie. Roland ASSOAH ayant été au plus près des flammes a souffert quelques brûlures légères sur son corps et ses vêtements, puis une insolation. Il faut dire que le poteau électrique qui dessert le bâtiment en feu était lui aussi en feu, présentant donc une seconde menace. Cette menace elle aussi a été neutralisé par le CP ESTP après que les agents de la SONEL, bien qu’alertés, n’aient pas daigné donner suite à la demande de: « couper en urgence » le courant dans le secteur sinistré. Ils ont répondu qu’ils n’avaient pas compétence, qu’il leur fallait une autorisation hiérarchique… !

Au final, il y a eu plus de peur que de mal. La DDES du Faro et Déo a pu sauver son intégrité, et les dégâts humains sont minimes. Cependant, la structure du bâtiment présente actuellement un risque vis-à-vis des vents, des intempéries et de la sécurité. Vivement que toutes les autorités (maire, procureur, préfet, commandants et commissaires) qui sont descendus sur le théâtre de cette tragédie contribuent à trouver des mesures pour non seulement remédier à cette situation, mais aussi tout faire pour que cela ne se répète plus jamais.

Roland ASSOAH

Conseiller pédagogique