GRÈVE DES ENSEIGNANTS : LES SYNDICATS METTENT LES ÉCOLES EN BERNE POUR SOUTENIR LE PROCESSUS D’ÉMERGENCE DU CAMEROUN.

0
1019

Dans la longue attente des actes organiques du Forum National de l’éducation promis par l’état du Cameroun à maintes occurrences dont la première date d’il ya 11 ans et la dernière de plus d’un mois, les acteurs du SNAES membres de l’intersyndicale ont décidé dans une grève dure lancée du 14 au 20 Novembre 2023 inclu, d’implémenter la première phase d’une grève que seules l’intersyndicale ou la Présidence pourront arrêter.

Plaidoyer des Membres du SNAES.

En effet, les milliers d’enseignants membres du SNAES sur l’ensemble du territoire mènent un plaidoyer intensif de l’Extrême-Nord au Sud pour une réforme réussie de l’éducation. Vingt-et-huit ans après les derniers états généraux de l’éducation dont la plupart des recommandations sont restées lettres mortes, les syndicats de l’éducation, après avoir maintes fois tiré la sonnette d’alarme sur la décrépitude continuelle de l’école ont démontré qu’avec les multiples tentatives de réformes partielles et non holistiques qui ont fini par toutes échouer, la profession enseignante n’est plus à même de répondre aux nombreux défis actuels d’émergence et de développement du Cameroun. Les enseignants affiliés au SNAES montent donc au créneau en application stricte des consignes de grève rendues publiques par le Secrétaire Général Roger Kaffo le 13 Novembre 2023. Ces consignes sont les suivantes :

1- Du Mardi 14 au Lundi 20 Novembre 2023 : Suspendre toute activité pédagogique

APRÈS LE 20 NOVEMBRE 2023

2- Suspendre toute forme d’évaluation

3- Suspendre la confection et la remise de tous les documents pédagogiques

4- Ne porter aucune note en instance dans les carnets et bulletins de notes des élèves

À LA RENTRÉE DU 2È TRIMESTRE EN JANVIER 2024

5- Arrêter les cours les deux premières semaines de la rentrée du deuxième trimestre (prévue le 02 Janvier 2024).

Autant dire que la fin du premier trimestre sera fortement perturbée par cette grève qui suscite une adhésion nationale. Il peut même paraitre ironique de constater qu’après les dépenses moins pertinentes et quasi-futiles à hauteur des milliers de milliards sur le capital physique dont le plus retentissant est le scandale du Stade Paul Biya d’Olembé, ce soit encore les enseignants qui manifestent pour que leur métier soutienne effectivement le développement conformément à la politique de la SND 30.

Le SNAES est dans la droite ligne de sa philosophie, le syndicalisme de développement, et contribue donc inlassablement à œuvrer à faire de l’éducation le véritable levier de développement au Cameroun. Ceci passe par un Forum National de l’Éducation, cadre idéal pour redonner à l’enseignant toute la dignité et la décence qu’il mérite et toutes les conditions de travail possible afin de faire de l’école cette usine censée construire le capital humain et des citoyens aptes à soutenir un développement durable.

Les enseignants du Cameroun ne veulent plus que l’école conduise systématiquement à la médiocrité; la réforme de l’éducation est donc désormais pour eux inéluctable. Pour la concrétiser, ils sont prêts à mettre l’école en berne jusqu’au bout. Les politiques n’ont juste qu’à tenir leurs propres engagements.

Roland ASSOAH / SNAES