MINTSS : Les grands dossiers de l’éducation sur la table du CCSDS

0
1109

Le Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, M. Grégoire OWONA, a présidé le mardi 26 juin 2018, à partir de 10 heures, dans la salle de Conférences du Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, la 17ème session ordinaire du Comité de Concertation et de Suivi du Dialogue Social.

Y  prenaient  part, les membres statutaires ainsi que les invités dont les noms et qualités figurent sur la liste de présence jointe en annexe.

Dans son allocution de circonstance, Le MINTSS a entre autres  dénoncé la tenue de certaines réunions secrètes par les syndicats des enseignants en vue de l’organisation de grosses grèves à Douala et Yaoundé en particulier. De ce fait, il a engagé les représentants syndicaux à rappeler à tous que la table du dialogue est d’ouverte, que la recherche des solutions est permanente, que le Gouvernement reste à leur écoute et que des solutions concertées peuvent être trouvées et mises en œuvre.

Le représentant du SNAES, a fait remarquer que la préoccupation sur l’immatriculation à la CNPS des personnels d’appoint des établissements d’enseignement préscolaire, primaire et secondaire public n’a pas été pris en compte dans le rendu du suivi des recommandations. Le Ministre, Président du Comité lui a demandé de se rapprocher du Secrétariat technique pour trouver une solution dans les brefs délais.

Il a par ailleurs émis le vœu que le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle soit associé à la réflexion sur le problème de l’immatriculation de ces personnels des établissements d’enseignement préscolaire, primaire et secondaire public à la CNPS ou à la prise en compte à leur profit de mesures statutaires compatibles avec les lois et règlements.

Le représentant de la CSAC pour sa part pense que le Secrétariat Technique et les syndicats ont fait ce qui était attendu d’eux. Seulement il s’est interrogé sur le caractère non contraignant de la négociation et de son incidence sur la suite des travaux.

Réagissant aux différentes observations, le Président a fait savoir aux partenaires sociaux que l’on n’est pas encore au stade du refus de négocier de la part des promoteurs des établissements privés, qu’il faut continuer la démarche engagée. Il a par ailleurs demandé au Secrétariat technique d’intensifier le suivi des recommandations pour l’aboutissement souhaité.

Concernant la question de la tenue de réunions secrètes par les syndicats d’enseignants, le représentant du SNAES est pour sa part surpris de l’utilisation du terme secret. Car il soutient que la grève est un mode d’expression des syndicats reconnu par les conventions internationales. En plus, il pense que le champ syndical est assez vaste et n’est pas homogène. Depuis une grande partie de syndicats travaillent en partenariat étroit avec le gouvernement. Si l’extrême-droite ou l’extrême-gauche prend le pas sur les centristes, c’est de la faute ou la responsabilité du gouvernement qui tarde à implémenter les solutions envisagées consensuellement. Il faut des moyens pour rendre les centristes plus audibles.

Les représentants du SNAES et de la CSP ont aussi évoqué le dossier de la tenue du Forum national de l’éducation en soulignant que le comité technique d’organisation a achevé la confection des dossiers préparatifs et que le lancement des travaux du forum se heurte à la contrainte budgétaire comme bocage du processus. Sur la question, le Président a rappelé qu’il est ouvert à toute initiative devant  aboutir à l’organisation de cet évènement.

La Rédaction