PAIX OU VENTES D’ARMES : Macron doit aussi choisir dans l’intérêt de la fin du conflit au Cameroun

0
2850

Nous n’aurions peut-être pas eu suffisamment d’éléments, par nos propres investigations, pour lancer cette alerte : la France d’Emmanuel Macron serait fortement impliquée dans l’armement du Cameroun, en cette période où l’enlisement du conflit armé dans les régions camerounaise du Nord-ouest et du Sud-ouest pèse douloureusement, tragiquement sur les populations civiles, l’éducation des jeunes et le tissus économique de l’ensemble du pays, hypothéquant pour longtemps notre projet de développement. Il s’est chuchoté ces deux dernières années que la France avait aidé à équiper lourdement les forces spéciales du Cameroun opérant dans le NOSO. Escomptant les retombées de cet armement, nous avons entendu les officiels camerounais affirmer que la fin des hostilités dans la région anglophone n’allait plus être qu’une question de semaines. « Les forces spéciales vont nettoyer ces zones très rapidement », a-t-on entendu dire ici et là, notamment dans les sphères stratégiques du pouvoir. Et plus le temps passait, plus il s’avérait que la zone était effectivement de mieux en mieux nettoyée, mais surtout des populations civiles, des activités scolaires et économiques. Les groupes armées quant à eux, semblent y avoir surtout multiplié au fil du temps.

Pendant que la solution dialoguée était réclamée par l’essentiel des partis politiques, de la société civile, des leaders religieux, les belligérants quant à eux n’ont montré aucune volonté de taire les armes. L’entêtement pour la solution armée, tout au moins de la part de l’Etat camerounais, a-t-elle pu être encouragé par la position ambiguë et les ventes d’armes françaises ? On sait que les Etats-Unis et l’Allemagne ont pris des positions claires sur la nécessité d’un dialogue au Cameroun, le premier des deux réduisant même significativement son aide militaire à notre pays.

Ce vendredi 20 septembre 2019, le site d’information français réputé Médiapart publie un éditorial retentissant sur la politique extérieure de la France : « PAIX OU VENTES D’ARMES : Macron doit choisir » On y lit ceci : « Comment Emmanuel Macron ose-t-il poser en faiseur de paix alors que Paris reste l’un des plus gros vendeurs d’armes dans le monde ? Notre enquête, en effet, révèle également les dommages collatéraux de cet activisme économique soutenu au sommet de l’État non seulement au Sahara occidental, au Cameroun, en Papouasie, mais aussi en Libye et en Égypte. A-t-on demandé aux Français s’ils acceptaient que leur pays prenne le risque d’être complice de crimes de guerre ? Non, évidemment. Face à ce cynisme, il est temps qu’en France et ailleurs, des mobilisations citoyennes s’organisent, à l’image de celles pour le climat, pour empêcher les États d’impliquer leurs populations dans des guerres qui ne sont pas les leurs. » En clair, une enquête de Médiapart a permis de révéler les dommages collatéraux des ventes d’armes françaises… au Cameroun. On comprend peut-être pourquoi la position française sur les voies de résolution de la crise dans le NOSO est restée timide, ambiguë, malgré l’escalade et l’ampleur des dégâts collatéraux. Aussi est-il temps que les Camerounais mettent la France devant ses responsabilités, parce que la majorité d’entre nous ne veut plus de cette guerre, qui ne nous apporte que morts, ignorance, désolation, alors qu’elle procure de juteux contrats de ventes d’armes à certain !

Roger Kaffo Fokou