REUNION SECTORIELLE DANS LA REGION DU NORD : Clean school et hygiène menstruelle de la jeune fille au centre de l’agenda

0
1760

Ce Jeudi 12 Septembre 2019, les techniciens de la communauté éducative de la région du Nord se sont retrouvés en conclave dans l’objectif d’évaluer le déroulement de l’année scolaire 2018-2019 et poser les jalons pour une année scolaire réussie. Il s’agissait entre-autres de décrypter les résultats aux examens officiels et de chercher les stratégies pour leur amélioration ; faire l’état de lieu de la rentrée scolaire dans les départements ; améliorer les prestations dans les domaines administratifs et pédagogiques puis de s’approprier le thème de la rentrée scolaire.

En ouvrant les assises, le Gouverneur de la région du nord a mis un point d’honneur à recommander aux enseignants d’afficher une image de qualité, de dignité, puis a plaidé pour un environnement sain dans un milieu scolaire propre sans corruption (clean School) ainsi que pour les efforts à fournir par toute la communauté éducative afin de placer la région du Nord parmi les cinq premières régions du pays en terme de performance.

Durant les travaux qui ont eu cours, les exposés de Madame le DRES-Nord, du SDECC sur le bilan des Examens et Concours de la session 2019, des DDES de la région sur l’état des lieux de la rentrée, de l’ICR-SH sur la réforme du calendrier scolaire, de l’ICR-TI sur les stratégies d’amélioration des taux de réussite et enfin ceux des ICR OVS et EN respectivement sur l’implémentation du concept « clean school » et sur la gestion de l’hygiène menstruelle en milieu scolaire se sont succédés.

Ces deux derniers concepts ont particulièrement retenu notre attention, le clean school avec ses cinq déclinaisons essentielles : L’école verte, l’école saine, l’école inclusive, l’école éthique et l’école du succès. L’ICR-EN en déroulant son exposé sur l’hygiène menstruelle, a plaidé pour sa bonne et saine gestion en milieu scolaire. Il a insisté sur le fait qu’il fallait respecter la jeune fille et l’aider à comprendre dans la dignité ce phénomène normal de la vie. La honte qui entoure ce phénomène doit plutôt être remplacée par une pudeur sans honte. Il a fait lire collectivement un engagement pour que les responsables en parlent auprès de leurs élèves et collaborateurs. De plus, selon ses propos, les boîtes à pharmacie devraient comporter des serviettes hygiéniques.

Nous avons interrogé l’Inspecteur pédagogique Régional de Mathématiques, Monsieur Yannick Kouakep qui pense que les thématiques sur la réforme du calendrier scolaire et la gestion de l’hygiène menstruelle des jeunes élèves filles sont arrivées à point nommé dans le respect tant des objectifs pédagogiques que de l’aspect genre. Selon lui, il faudrait peut-être apporter un éclairage sur le positionnement de l’Assemblée générale du début du deuxième trimestre vu que le 1er trimestre s’achève le 22 novembre 2019.Pour ce qui est de l’hygiène menstruelle, Il espère que les acteurs de la communauté éducative fassent davantage pour éloigner de nos écoles les attitudes suscitant l’humiliation, la honte et la stigmatisation des jeunes filles qui, souvent causent des chocs psychologiques profonds pouvant pousser au suicide comme le cas de cette jeune fille de 14 ans au Kenya ce jour même.

Le concept de « Clean school » est à saluer et l’inspecteur espère que plus de fluidité sera donnée aux Chefs d’établissement dans la rétrocession de leurs ressources financières issues des frais exigibles, après déduction des côte-parts dues à la hiérarchie centrale.

C’est sous ces auspices que le chemin de ce premier trimestre a été balisé pour le déroulement plus serein de l’école dans les enseignements secondaires de la région du Nord.

ASSOAH ETOGA Roland