PROTECTION ET PROMOTION DU TRAVAIL DÉCENT

0
1189

le SNAES a organisé les 17 et 18 mai 2018 un atelier sur la précarité des personnels d’appoint de l’éducation au Cameroun.
Les 17 et 18 mai 2018 s’est tenu à Yaoundé dans la salle de conférence de la Fondation Friedrich Ebert et Stiftung un atelier organisé par le Syndicat National Autonome de l’Enseignement Secondaire (SNAES) avec l’appui technique et financier de la FES sur le thème « protection et promotion du travail décent au Cameroun : la situation du personnel d’appoint de l’enseignement secondaire et de l’éducation de base public. » Ont activement pris part à cet atelier les représentants des institutions publiques (Ministère de l’Education de Base, Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, Ministère des Finances, Caisse Nationale de Prévoyance Sociale), un représentant du Bureau International du Travail (BIT), des représentants de syndicats d’enseignants (SNAES, CATTU, SYNTESPRIC, SNUIPEN, SNIEB), des représentants des personnels d’appoint, des associations de parents d’élèves et enseignants (APEE) ainsi que ceux des OSC (People Earthwise, Action Sociale, CEFAN) et des médias. Trois communications ont meublé les travaux du premier jour.

La première, présentée par un expert du BIT, a porté sur « Le concept de travail décent en droit conventionnel et son internationalisation par le Cameroun ». La deuxième sur « Les statuts comparés des personnels d’appoint d’une part dans l’enseignement supérieur, d’autre part dans le secondaire et le primaire ». La dernière sur « La contribution des personnels d’appoint dans l’atteinte des objectifs de l’ODD4 par les Ministères des Enseignements Secondaires et de l’Education de Base ». La deuxième journée consacrée aux travaux en atelier a permis de réfléchir sur les voies juridiques susceptibles d’ouvrir la voie vers des solutions aux problèmes de la précarité qui caractérise actuellement la situation des personnels d’appoint dans le secondaire et l’éducation de base au Cameroun. En fin, une session s’est penchée sur les méthodes de dissémination des résultats de l’atelier ainsi que les étapes ultérieures. Il est ainsi apparu que le personnel d’appui des universités d’Etat du Cameroun ne bénéficie pas d’un statut particulier dans la mesure où le décret n° 2011/119 du 18 mai 2011 fixant les dispositions communes aux personnels d’appui des Universités d’État du Cameroun n’est que la transposition fidèle du décret n°78/484 du 9 novembre 1978 fixant les dispositions communes applicables aux agents de l’Etat relevant du Code du Travail camerounais. Vu sous cet angle, le problème des personnels d’appui ou d’appoint du Secondaire ou de l’Education de Base au Cameroun se résume à un simple problème de régularisation. Et la responsabilité de la mise en œuvre de cette régularisation incombe d’abord aux concernés qui doivent s’informer sur leurs droits et s’organiser pour les faire respecter, aux employeurs qui ont l’obligation de respecter les lois en vigueur à peine de voir leur responsabilité pénale engagée, aux syndicats qui doivent s’investir dans l’éducation ouvrière et la protection des intérêts des travailleurs. Au terme de l’atelier, les syndicats présents ont résolu d’engager une campagne d’éducation des personnels ciblés, d’information des responsables employeurs sur leurs responsabilités y compris pénales, de sensibilisation des décideurs au plus haut niveau sur la nécessité de promouvoir le travail décent pour cette catégorie dont l’apport dans la réalisation des objectifs de l’ODD4 apparaît déterminant.
Roger KAFFO FOKOU, SG du SNAES