REVENDICATIONS DES ENSEIGNANTS : MOT D’ORDRE DE GRÈVE DE L’INTERSYNDICALE DE L’ÉDUCATION.

0
913

Suite au mutisme du gouvernement face aux revendications portées par l’intersyndicale depuis plusieurs années, les syndicats de l’éducation du Cameroun ont décidé de lancer une série de grèves totales sur toute l’étendue du territoire national tout le long de l’année scolaire 2022/2023.

C’est en effet ce qui transparaît dans le libellé du mot d’ordre de grève signé ce 1er Octobre 2022 par les organisations syndicales réunies sous la bannière de l’intersyndicale. Il faut dire que les motifs de cette décision peuvent se résumer aux infractions répétées du gouvernement aussi bien envers ses propres engagements nationaux et internationaux, qu’envers les textes de loi en vigueur au Cameroun. Il s’agit notamment des 4 revendications rendues publiques par l’intersyndicale dans son communiqué du 07 Septembre 2022 dont les termes sont les suivants :

  1. Dans le cadre de l’application des décrets présidentiels N° 2012/267 du 11 juin 2012 portant organisation du Ministère des Enseignements Secondaires en son article 123 et N° 2012/268 du 11 Juin 2012 portant organisation du Ministère de l’Education de Base en son article 113, de nommer les Animateurs Pédagogiques (AP) et les Animateurs Pédagogiques d’Arrondissement (APA) afin qu’ils bénéficient des primes attachées à leur fonction, nominations interrompues depuis plus de 10 ans.
  2. Afin de rendre effective la production automatique des actes de carrière qui ne le sont pas encore (les avancements de classes et de grades), de procéder à la suppression des procédures inutiles (pour les avancements de classes) et à la simplification des procédures ppnpécessaires (pour les avancements de grades).
  3. De faire procéder sans délai à la signature de la Convention Collective de l’Enseignement Privé dont la négociation du texte est achevée depuis février 2014 (en accord avec toutes les conventions de l’OIT ratifiées par l’Etat du Cameroun)
  4. De programmer, conformément à l’accord du 02 décembre 2016 entre le Gouvernement et les syndicats, et à l’une des recommandations fortes du Grand Dialogue National en 2018, la tenue du Forum National de l’Éducation.

C’est donc fort de ce constat sur le mutisme du gouvernement depuis plusieurs années et après moult interpellations restées sans réponse, que les syndicats ont décidé ce 01 Octobre 2022 de mener une série d’actions cette année scolaire 2022-2023 dont les modalités pour le premier trimestre sont les suivantes :

Pour le mois d’octobre 2022 :

  • Débrayage total de trois (03) jours consécutifs dans tous les établissements scolaires du territoire national pour la période allant du 17 au 19 Octobre 2022.

Pour le mois de Novembre 2022 :

  • Débrayage total de cinq (05) jours consécutifs dans tous les établissements scolaires du territoire national pour la période allant du 21 au 25 Novembre 2022.

Pour le mois de Décembre 2022 :

  • Débrayage administratif relatif à tous les travaux et documents en lien avec les résultats scolaires des élèves (remplissage des bulletins, dépôt de statistiques, tenue des conseils de classes …).

Poursuite du débrayage administratif relatif aux Animateurs Pédagogiques (AP) et aux Animateurs Pédagogiques d’Arrondissement (APA) durant les mois d’Octobre, Novembre et Décembre 2022.

On apprend par ailleurs que pour ne pas ouvrir la porte à la débandade, la grève sera encadré ainsi qu’il suit :

Pendant tous les jours de grève totale, les enseignants de la Maternelle, du Primaire, du Secondaire et tous les autres personnels éducatifs sont appelés à rester chez eux. Par conséquent, les parents sont invités à garder leurs enfants à la maison durant ces périodes. Par ailleurs, les enseignants sont appelés à rester attentifs aux prochaines communications de l’intersyndicale relatives aux actions qui leur seront annoncées pour les autres trimestres.

Pour sauver notre système éducatif et accéder à une éducation de qualité, les syndicats ont toujours choisi la voie du dialogue sans relâche. Mais ce dernier a été rompu unilatéralement par le gouvernement qui ne tient plus à ses propres engagements malgré tous les recours des syndicats sur les questions querellées. Les syndicats tout en déplorant cette attitude du gouvernement, s’engagent par cette démarche à obtenir l’omellette, quitte cette fois à casser quelques œufs. L’enjeu en vaut bien le sacrifice.

“La transformation de l’éducation commence avec l’amélioration de la profession enseignante”.

En cette veille du 05 Octobre 2022, Journée Mondiale des Enseignants, les syndicats rappellent par ce mot d’ordre de grève, le sens fondamental de cette journée que le gouvernement et l’univers marchand ont vite fait de pervertir en fête. Vivement que le gouvernement cesse d’attendre que les situations s’enveniment avant d’agir, parce que cette fois, les syndicats sont résolus à aller jusqu’au bout.

Roland ASSOAH, Rédacteur SNAES