9e SESSION DU COMITE INTERMINISTERIEL SUR LES PREOCCUPATIONS DES ENSEIGNANTS : les travaux de terrain du forum national de l’éducation confiés aux syndicats

0
1206

Les travaux de la 9e session du Comité interministériel chargé d’examiner et de proposer des solutions aux préoccupations soulevées par les syndicats des enseignants se sont tenus ce mercredi 19 décembre 2018 sous la présidence de M. Jacques FAME NDONGO, ministre de l’enseignement supérieur qu’entouraient M. Zacharie PEREVET, ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, M. Boniface BAYAOLA, Secrétaire d’Etat auprès du MINESEC, le Conseiller Technique et un chargé des missions du Premier ministère, des représentants du MINEDUB, du MINFI, du MINFOPRA, du MINSEP, du MINTSS, du MINJEC, ainsi que les responsables des principaux syndicats des enseignants. L’ordre du jour portait essentiellement sur la mise en œuvre du Forum national de l’éducation, notamment la collecte des données y relatives en vue de l’organisation de l’événement au plan national : outils, méthodologie, équipes, chronogramme de collecte et séminaire d’imprégnation à organiser. Les divers documents relatifs à chacun de ces aspects ont été lus, analysés et adoptés.

Contrairement à ce qui avait été proposé antérieurement, la Primature a préféré faire confiance aux syndicats pour ce qui est de cette étape cruciale de collecte des données sur le terrain, un travail qui va conduire les équipes au plus près des parties prenantes toutes sensibilités comprises, dans toutes les régions, tous les départements et arrondissements du pays. Les informations recueillies à tous ces niveaux seront intégralement remontées au niveau national qui seul aura compétence pour discriminer. C’est dire que c’est important pour chaque maillon concerné de donner son avis sur toutes les questions qui concernent l’éducation, puisqu’il s’agit, dans les mois à venir, de dessiner le paysage que l’on souhaite donner à l’éducation dans notre pays pour les 50 prochaines années.

Les cahiers de collecte de données, comme l’on pourra s’en apercevoir sur le terrain, couvrent tous les ordres d’enseignement (public et privé), tous les types (professionnel, technique ou général),  tous les niveaux (préscolaire, primaire, secondaire, supérieur). Toutes les questions concernant l’éducation sont aussi concernées : questions de portée générale (vision, pertinence et efficacité du système, accès et équité, gouvernance et pilotage, place de la communauté éducative), Financement de l’éducation (Niveau d’infrastructure et d’équipement souhaité, gratuité de l’éducation, manuels scolaires, mécanismes et niveau de financement public, nouveaux mécanismes de financement), conditions de vie et de travail des enseignants (recrutement et formation initiale et continue, rémunération et compléments de rémunération, conditions ordinaires et exceptionnelles de travail, gestion des carrières, questions d’ordre social à incidence financière), questions spécifiques aux sous-systèmes anglophone et francophone (approche comparée, programmes de formation, filières classiques et innovantes, approches pédagogiques, système d’évaluation certificative, temps scolaire et activités d’épanouissement, orientation scolaire, formation professionnelle et apprentissage), questions liées aux textes (vides juridiques, obsolescence des textes, non application de textes existants).

A l’issue de la session, il a été adopté que la collecte, confiée aux syndicats d’enseignants, se fera sur une approche inclusive dans les 58 départements et les 336 arrondissements lors de la première moitié de l’année 2019.

La portée de ce travail pourrait toutefois être limitée par au moins deux facteurs : la modicité des moyens alloués aux syndicats pour couvrir chaque mètre carré du territoire national, les difficultés que ne manqueront pas de faire surgir les zones de guerre qui sont pour certaines encore extrêmement chaudes. Si ces deux handicaps sont bien pris en compte, nul doute que le succès qui serait alors attendu de cette étape permette de faire du forum en perspective une véritable plate forme pour penser et construire l’avenir du pays.

La Rédaction