PRIMES DES ANIMATEURS PEDAGOGIQUES : les requêtes de signature de leurs actes de nomination sur la table des DRES de 09 régions depuis ce 10 décembre 2021

Roland ASSOAH Rédacteur/SNAES

0
1207

Les Délégués régionaux des enseignements secondaires ont été saisis par les responsables régionaux du SNAES pour les requêtes de 2683 animateurs pédagogiques en vue de la régularisation administrative de la nomination de ces derniers, un dossier qui traîne depuis 2012 : un pas dans l’odyssée vers le travail décent pour ce maillon socle de la pédagogie normalement au cœur de l’action du MINESEC

Quelques jours seulement après la fin de la première phase de recensement organisé dans le cadre de la campagne du SNAES qui a vu la participation de 2683 Animateurs pédagogiques, les responsables régionaux du SNAES ont adressé du 03 au 10 décembre 2021, des requêtes portant régularisation administrative de la désignation des Animateurs pédagogiques (AP) de chaque région en vue de faciliter le traitement diligent de leurs droits conformément aux textes en vigueur par le MINFI.

Il faut le rappeler, depuis le 10 février 2012 avec la décision N°30/12 où le MINESEC nommait les AP dans la région du Nord, bientôt 10 années se seront écoulées durant lesquelles ces techniciens de la pédagogie travaillent au noir sans actes de nomination et sans aucune rémunération pour le travail accompli. Pourtant, si on s’en tient au décret N°2012/287 du 11 juin 2012 portant organisation du MINESEC en son article 101 alinéa 1 (8ème tiret), il suffirait que les délégués régionaux s’acquittent de leurs charges en nommant les AP dans les établissements scolaires pour régler le problème et les élever au rang dû de Chef de service adjoint conformément au décret sus-cité en son article 123.

Depuis toutes ces années, on est tenté de se demander ce qui coince exactement puisque dans la nomination de tous les maillons de la chaine pédagogique, à quelques détails de régularité et de disparité près, seuls les AP souffrent d’une dérégulation. Les autres sont effectivement nommés et jouissent de tous les droits et avantages dus à leurs fonctions. Les Animateurs pédagogiques ne sont-ils donc qu’un maillon négligeable qui ne mérite d’être ni nommé, ni rémunéré pour le travail qu’il abat ? Loin s’en faut ! Pour s’en convaincre, il suffit de lire la circulaire N°32/09/MINESEC du 07 septembre 2009 en son paragraphe II-3 qui présente la pléthore de fonctions dévolues aux AP et en fait les chefs d’orchestre de la pédagogie dans les établissements scolaires au niveau des groupes de disciplines.

L’état du Cameroun ayant mis le cap sur l’émergence à l’horizon 2035, le SNAES pense que le développement de notre pays ne peut s’opérer sans au préalable s’assurer de mettre en œuvre une éducation de qualité dans nos écoles. Il a été prouvé par de nombreuses études que la qualité du capital humain, principal facteur de développement, est fortement corrélée à la qualité de l’éducation que les élèves reçoivent et donc naturellement à la qualité de l’encadrement pédagogique.

Le 17 Décembre 2018, le SNAES adressait déjà une correspondance au MINESEC enregistrée sous le numéro 4023-0/18 par le service courrier, dénonçant la non délivrance des actes de nominations et le non-paiement des indemnités de fonction dus aux AP. Trois ans après, n’ayant constaté aucune évolution, le SNAES revient à la charge en adressant directement en première instance, des requêtes communes des 2683 Animateurs Pédagogiques officiellement désignés et proposés par leurs hiérarchies à ces DRES compétents pour délivrer enfin les actes de nomination requis pour restaurer ces professionnels dans leurs droits. C’est ainsi que le DRES de l’OUEST a été saisi le 03 Décembre 2021, les DRES du Littoral et de l’Adamaoua le 6 décembre, le 7 c’était le DRES de l’Extrême-nord, le 8 le tour des DRES du Nord, du Nord-Ouest et de l’EST et le 10 décembre 2021 c’était le tour du DRES du Centre. Ils ont été saisi chacun respectivement par les Secrétaires Régionaux du SNAES correspondants.

Aujourd’hui, les dossiers de ces milliers d’Animateurs Pédagogiques sont donc sur la table des DRES de chaque région. Deux semaines après le début de leur saisine par les représentants des enseignants, il ne reste plus qu’à espérer que les services du ministère des enseignements secondaires sauront faire preuve de responsabilité et de diligence propres à l’éthique éducative et saisiront cette occasion offerte par le SNAES pour détendre quelque peu la tension sociale qui existe dans la profession enseignante entre les dossiers de carrière bloqués, les indemnités d’examens impayées, l’insécurité des enseignants dans les établissements, le traitement indécent des jeunes enseignants, le mépris de la règlementation et tous les vides juridiques rendant opaque la gestion de l’école, le métier et la carrière des professionnels de l’éducation. Les enseignants attendent de voir comment seront traitées ces requêtes légitimes à ce niveau.