Suspension de la grève des enseignants : reprise des cours à plusieurs vitesses dans les établissements d’enseignement secondaire du Cameroun

0
274
Exif_JPEG_420

La journée du lundi 28 mars 2022 marquait la reprise effective des activités d’enseignement-apprentissage et des évaluations dans les lycées et collèges du secteur public, après la suspension temporaire des différents mots d’ordre de grève par les syndicats d’une part et les collectifs d’enseignants d’autre part.

Le premier indicateur de cette relance des activités après une interruption de cinq semaines était l’effectif des élèves et des enseignants au rassemblement, une cérémonie traditionnelle qui permet de planter le décor de la semaine. Alors que dans certains établissements la cour qui accueille cet important événement hebdomadaire avait fière allure du fait du nombre de protagonistes ayant noirci ces places, dans d’autres par contre, une certaine timidité a été observée. Ici, que ce soit côté enseignants ou côté élèves, la ferveur habituelle des ambiances du lundi par temps d’accalmie n’était pas au rendez-vous. Cependant dans l’ensemble, nous pouvons affirmer sur la base des recoupements faits sur toute l’étendue du territoire en général et dans la région du Centre en particulier, que le retour à l’école prôné par les syndicats et les collectifs d’enseignants  a été suivi dans l’immense majorité des cas. La rupture avec le désert auquel les établissements étaient contraints depuis quelques temps a donné à voir un embellissement certain du paysage scolaire.

Le second indicateur tournait autour de la reprise des enseignements et des évaluations dans les salles de classe . Il faut dire que ces activités n’avaient pas été totalement abandonnés par les enseignants pendant la grève, quoique de nombreux apprenants en étaient sevrés. Ce lundi, l’observation générale renseignait sur le retour progressif à la normale. Alors que dans certains établissements les cours avaient repris, dans d’autres les élèves ont parfois été contraints à l’oisiveté les semaines précédentes. c’est le lieu de préciser que certains collègues n’ayant pas compris la nécessité d’une suspension stratégique de la grève, ont décidé unilatéralement de la poursuivre. ce qui pourrait expliquer les différents visages qu’ont présentés les établissements pris individuellement.

Le troisième indicateur de ce nouveau départ est le dépôt des notes pour l’établissement des bulletins pour le compte du deuxième trimestre de l’année scolaire en cours. Le spectacle donné par les enseignants a permis de montrer le niveau élevé de maturité des personnels dans la quasi totalité des établissements. Les maîtres du savoir se sont montrés dignes de leur rang en se soumettant volontiers à l’épreuve du report des notes ou en les déposant chez les censeurs désignés à cet effet. Il nous est revenu que de nombreux membres de l’administration dans les lycées et collèges étaient surpris de cette diligence qu’aucun d’entre eux n’aurait pu prédire. Cette démonstration de responsabilité et de discipline dont les enseignants ont fait montre traduit à suffire le degré d’appropriation par ces derniers du mot d’ordre de débrayage administratif initié par l’intersyndicale.

De ce qui précède, il n’y a pas de doute que la vitesse de croisière sera bientôt atteinte. Tous les indicateurs dominés par le vert témoignent de cette tendance majoritairement partagée qui va certainement niveler les extrêmes. Le gouvernement est ici interpellé à plus d’un titre pour ce qui est du respect scrupuleux de l’échéancier de règlement rédigé par ses propres soins, sans oublier la publication dans les brefs délais de la date de tenue du forum national de l’éducation.

Patrick William YONGUI HEUBO, correspondant-centre.